Vénus : Déesse Infernale

venusplanete.jpg venus.jpg

 

La sœur jumelle de la Terre, appelée ainsi parce que sa taille est de 12 104 km de diamètre alors que celui de la Terre est de 12 756 km, est la deuxième planète du Système Solaire. Elle se situe à 0,72 UA du Soleil.

Cet astre est entièrement caché derrière des nuages, on ne distingue rien de sa surface. C’est pour cette raison que l’on croyait que la végétation y était aussi luxuriante que celle de la Terre, jusqu’à ce que les radars pénètrent la couche nuageuse vénusienne.

En réalité, Vénus est un véritable enfer : son atmosphère, dense en dioxyde de carbone, gaz à effet de serre, retient toute la chaleur qui atteint sa surface, soit 464 °C, sur laquelle fonderaient l’étain, le zinc ou le plomb.

On peut l’observer non loin du Soleil, le matin ou le soir, car c’est l’astre le plus brillant du ciel après le Soleil et la Lune.

Elle tourne autour du Soleil dans le sens inverse des autres planètes telluriques, ce qui serait le résultat d’un impact considérable au tout début de sa vie, mais cela ne lui a pas apporté de satellites naturels.

 

La géologie de Vénus :

 

Sa croute est mince (50 km) et son manteau épais (la moitié du rayon de Vénus). Son noyau solide composé de nickel occupe 50 % du rayon . Vénus ne possède pas de réel champ magnétique.

La planète a des cicatrices du volcanisme. Toute l’activité volcanique semble aujourd’hui éteinte, mais elle a été très intense dans un passé géologique proche.

Les édifices volcaniques sur Vénus sont répertoriés en 3 catégories :

 

  • Les dômes :

venuspancakes.jpg

 

Leur formation serait due à la remontée de la lave visqueuse en surface qui se rependit et se solidifia.

 

  • Les coronæ (couronnes) :

bahet.jpg

 

C’est une particularité de Vénus, sans équivalence sur Terre. Ci-dessus, la couronne Ba’het, de 230 km de long et 150 km de large.

 

  • Les arachnoïdes :

venuspe.jpg

 

Les arachnoïdes (toiles d’araignées), sont les plus remarquables structures que l’on trouve sur Vénus. Cette photo a été prise par la sonde Magellan lancée le 4 mai 1989. Ce sont des structures de formes circulaires ou ovales avec des anneaux concentriques et un complexe réseau de fractures s’étendant vers l’extérieur. Elles seraient les précurseurs de la formation des Couronnes. Les lignes brillantes dans l’image radar, qui s’étendent sur plusieurs kilomètres peuvent résulter du soulèvement de la surface par le magma venant de l’intérieur de la planète, ce qui produirait des « fissures ».

 

Comme la Terre, Vénus possède peu de cratères. En effet, les plus anciens ont sans doute été recouverts par des éruptions, de plus, les plus petits météorites sont détruits par l’atmosphère épaisse de Vénus avant d’atteindre sa surface.

La surface de Vénus est aussi arpentée de plaines, de hauts plateaux, de chenaux d’anciennes coulées de laves comme celui identifié comme le plus long  du Système Solaire qui mesure 1,8 km de large et 7 000 km de long. On observe aussi des plaines volcaniques  (en basalte) qui tapissent 85% de la surface de cette planète et qui constituaient autrefois de véritables océans de laves. Les montagnes vénusiennes sont des volcans géants qui peuvent atteindre 8 kilomètres de hauteur (comme le Maat Mons ci-dessous), soit la taille de l’Everest sur Terre.

 

mgnmaatmons.jpg

 

 

L’Atmosphère et le Climat de Vénus : 

 

Cette atmosphère est irrespirable. Elle est composée à 96 % de dioxyde de carbone, à 3,2 % d’azote et à 0,8 % d’autres gaz.

La pression sur Vénus est 92 fois plus forte à celle de la Terre, ce qui correspond à la pression à 900 mètres de profondeur sous l’eau.

L’épaisse couche de nuages est un concentré d’acide sulfurique à 65 km d’altitude qui se déplace dans des vents atteignant les 360 km/h. L’effet de serre en fait la planète la plus chaude du Système Solaire avec une température moyenne de 480 °C qui varie peu.

 

Vénus a fait l’objet de nombreuses études avec des sondes comme Pioneer Venus, Magellan et des programmes russes (Venera et Vega) avant d’être délaissée. Mais la planète a été redécouverte par la sonde Vénus Express, lancée en 2005 qui s’est mise en orbite en 2006 pour l’étude la plus détaillée jamais réalisée de l’atmosphère vénusienne.

 

 

 

 

 

Libellules Rhodaniennes |
Grupul de reflecție |
welcome |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LES LEZARDS
| Osvaldo Battistini
| wwwamine5